Quels sont les premiers symptômes de la maladie de Charcot ?

La maladie de Charcot est une pathologie qui détruit progressivement les motoneurones. Elle détruit peu à peu les cellules nerveuses et entraîne une perte d’autonomie. Elle se manifeste par quelques symptômes annonciateurs dans certains cas. Découvrez les premiers symptômes de la maladie de Charcot.

La faiblesse des membres et la contraction des muscles

La maladie de charcot premiers symptômes se caractérise par une paralysie complète des muscles (bras, gorge, et jambes). Cela entraîne donc progressivement une incapacité à parler, à manger, ou même de respirer. En général, elle se déclare à l’âge adulte entre 40 et 80 ans et va évoluer pendant une durée de trois à cinq ans vers une paralysie complète. Au fil du temps, elle cause le décès du patient à travers la paralysie des muscles de la respiration.

En fonction de la localisation des motoneurones, des symptômes initiaux se présentent. En effet, la maladie de charcot premiers symptômes débute par la faiblesse motrice des membres supérieurs et inférieurs. Les membres touchés peuvent s’atrophier et devenir flasques. Dans certains cas, ils peuvent devenir raides lorsque le motoneurone central est touché.

Le plus souvent, les patients présentent des crampes et des contractions musculaires brèves et diffuses. Ceci débute de façon localisée puis progresse vers d’autres régions du corps. Dans cette forme de maladie, il existe aussi des difficultés à déglutir ainsi qu’un excès de salive dans la bouche et une hyperémotivité. Dans environ 10 % des cas, la maladie de charcot premiers symptômes touche la musculature du tronc, ce qui entraîne une tête dite tombante. Dans des cas plus avancés, les patients développent une insuffisance respiratoire.

Les troubles de l’élocution et d’autres troubles comportementaux

Chez le tiers ou même la moitié des patients la maladie de charcot entraîne des symptômes cognitifs. Il s’agit notamment :

  • de la flexibilité mentale réduite,
  • des troubles de la mémoire du travail,
  • de la baisse d’attention,
  • des troubles du comportement,
  • de la désinhibition.

De plus, certains patients peuvent éprouver de la difficulté à boutonner leurs chemises, à tourner une clé ou à écrire. D’autres peuvent parfois trébucher et lâcher des objets involontairement. Parfois, la voix du patient change en devenant nasale, rauque ou plus faible.

Une à sur deux personnes décède sur les trois années à compter de l’apparition des symptômes. Un patient sur cinq survit cinq années, un malade sur 10 survit pendant dix années. Seulement quelques patients parviennent à atteindre trente années de vie. Dans 15 % des cas, la pathologie s’arrête spontanément sans évoluer. Toutefois, il faut noter que la pathologie n’affecte pas les muscles de l’œil, du cœur, de la vessie, de l’intestin et des organes sexuels.